samedi 31 janvier 2015

CASTILLA Y LEON: disfrutar de la música tradicional con Vanesa Muela




Vanesa Muela est une chanteuse et percussioniste de Laguna del Duero (Valladolid) , née en 1978, licenciée en Histoire et spécialiste en Etudes sur la Tradition. Elle chante depuis l'âge de quatre ans, et à 6 ans elle donna son premier récital, au Théâtre San Viator de Valladolid, en interprétant en direct 12 chants traditionnels.
Plus de 3000 concerts sur tout le territoire espagnol et dans des pays comme le Portugal, l'Italie, l'Allemagne, la France ou la Grèce témoignent de l'intense activité de Vanesa Muela pendant ses 30 ans de carrière.
Elle est à elle seule un véritable spectacle car elle s'accompagne d'une vingtaine d'instruments traditionnels, certains aussi simples que des coquilles Saint-Jacques, des cuillères ou une poêle à frire.
Mais elle participe aussi à d'autres projets collectifs avec le groupe Hexacorde de Madrid ou le trio Zaraval.
Parmi ses autres activités, il faut signaler le travail qu'elle réalise dans les écoles primaires et les collèges de toute l'Espagne, pour transmettre les chansons traditionnelles et faire chanter et danser tous les enfants.

vendredi 30 janvier 2015

PUERTO RICO: Seis, Bomba y Plena

La Compañía Nacional Folclórica "Gíbaro" de San Juan de Puerto Rico, fondée en 1973, présente les trois rythmes principaux de l'île: el seis, la bomba et la plena.

jeudi 29 janvier 2015

Course landaise et "recortadores"

Lorsque les écarteurs et sauteurs landais rencontrent les "recortadores" à Saragosse, même les taureaux s'amusent!

mercredi 28 janvier 2015

SANTIAGO DE CUBA: La famille Valera Miranda

La Familia Valera Miranda incarne depuis plus d'un siècle la tradition du "son cubano". De Bayamo a Las Tunas, en passant par Matanzas, avant de se fixer à Santiago, les différentes branches de cette famille ont participé, de génération en génération, à la transmission du "son" en respectant son caractère rural, son instrumentation, son rythme et son essence profondément populaire.

mardi 27 janvier 2015

GALICIA: Susana Seivane - Gaitera Celta

Susana Seivane est une "gaitera" (joueuse de cornemuse) née dans une famille de luthiers  spécialisés dans la fabrication de"gaitas": Obradoiro de gaitas Seivane, à Cambre, près de La Corogne. Elle a commencé à jouer de cet instrument à l'âge de trois ans, sous l'aile de son père. Influencée par les grands maîtres de la cornemuse, comme son grand-père Xosé Manuel Seivane, Ricardo Portela et Moxenas, elle s'est gagnée le respect et l'admiration du monde de la musique traditionnelle galicienne, tout en donnant à son style une grande fraîcheur et originalité, grâce à l'influence d'autres musiques et à la participation de jeunes musiciens à ses projets. Elle fait aujourd'hui une carrière internationale et est devenue une figure incontournable du Festival Interceltique de Lorient.

Pour en savoir plus: www.susanaseivane.com

dimanche 25 janvier 2015

ANDALOUSIE: le carnaval de Cadix, un espace de liberté

Le bateau école Juan Sebastián de El Cano (nom du marin espagnol qui fit le premier tour du monde dans l'expédition de Magellan)  est l'un des fleurons de la Marine Espagnole et du port de Cadix. Or, au mois de juillet dernier, alors que le navire était à quai pour une révision après un périple de 18.000 milles nautiques, la Garde Civile a trouvé 127 kilos de cocaïne dans la réserve où l'on garde les voiles. Trois militaires (deux espagnols et un équatorien) ont été arrêtés, accusés d'avoir vendu 20 kilos de cocaïne à des narcotrafiquants de New York, lors de l'escale du bateau dans cette ville au mois de mai.
La chirigota (troupe humoristique) "Los hombres de blanco" a sauté sur l'occasion en choisissant ce sujet pour sa présentation au carnaval 2015.Pour éviter tout problème, le bateau a été rebaptisé El Chano (diminutif de Sebastián).
Ce n'est pas tous les jours en Espagne que l'on peut plaisanter avec l'armée!

VAYA SEMANITA: Grandes contradiciones vascas

samedi 24 janvier 2015

URUGUAY: Préparation du carnaval de Montevideo 2015

A Montevideo, les répétitions pour les llamadas (défilés du carnaval) se font dans la rue, et tout le monde est concerné.

vendredi 23 janvier 2015

PAYS BASQUE: la Tamborrada de Saint Sébastien

La Tamborrada est la fête du patron de la ville, Saint Sébastien. Elle se déroule pendant 24 heures le 20 janvier de chaque année. Plus de 125 compagnies d'adultes ou d'enfants défilent dans les rues. Cette fête évoque l'occupation de la ville par les troupes napoléoniennes pendant la Guerre d'Indépendance (1808-1812). Curieusement, les participants à la Tamborrada se divisent en deux groupes: les militaires, qui jouent du tambour, et les cuisiniers et porteuses/ vendeuses d'eau qui frappent sur de petits tonneaux. Car selon la petite histoire, quand les soldats de Napoléon défilaient dans les rues de Saint Sébastien en jouant du tambour, les porteuses d'eau qui étaient à la fontaine et les cuisiniers leur répondaient en frappant sur les tonneaux avec les instruments dont ils disposaient (cuillères, couteaux...)

jeudi 22 janvier 2015

NAVARRA: Carnaval Rural de Lanz

Dans le village navarrais de Lantz, pendant 3 jours, les forces du mal et du bien s'affrontent dans une bataille symbolique. Chaque mardi de carnaval, on célèbre l'arrestation, le jugement et la mort sur le bûcher  du mythique et méchant bandit Miel Otxin. Ce bonhomme de trois mètres a les bras en croix, il porte une blouse imprimée, un pantalon bleu, une ceinture de flanelle rouge et un chapeau pointu très coloré. Il est accompagné par plusieurs personnages: Ziripot, un brave gros paysan fait à base de sacs remplis de fougères et de foin et qui a du mal à tenir debout; il est poursuivi par le Zaldiko, cheval sauvage qui le charge pour le faire tomber; les Arotzak,  qui portent des marteaux et des tenailles et courent derrière le zaldiko pour le ferrer, et finalement les Txatxos, qui, couverts de peaux de bêtes et armés de bâtons et de balais, crient et harcèlent les présents.

Le Carnaval de Lantz est aussi connu pour sa danse qui fait partie du répertoire des bals folk de toutes les Pyrénées.

mercredi 21 janvier 2015

ARGENTINA: El Olvidado

Cette chacarera composée par le violoniste "Duende" Garnica est connue de tous les musiciens de Santiago del Estero. C'est un hommage à tous les oubliés de la société qui luttent dignement, chaque jour, pour survivre. 


mardi 20 janvier 2015

CANARIAS: Carnaval de El Hierro 2014

An Carnaval traditionnel de l'île de El Hierro , il vaut mieux ne pas croiser les béliers, à moins qu'on ait toujours rêvé d'être un noir!
Ces béliers s'inspirent du demi-dieu romain Faunus, roi des Aborigènes et protecteur des troupeaux, et symbolisent la fertilité! Ils sont accompagnés par des bergers au visage barbouillé de noir et par "El Loco", un fou qui fait un bruit strident en faisant traîner au sol des chaînes et une machette. Une fois libérés par les bergers, les béliers commencent à poursuivre les passants pour leur faire peur, essayent de leur voler quelques affaires  et, quand ils arrivent à les attraper, ils leur noircissent le visage avec du cirage. Certains touristes nordiques sont un peu surpris!

samedi 17 janvier 2015

jeudi 15 janvier 2015

VENEZUELA: DAME PA' MATALA canta "El niño de hoy en día"

Dame pa' matala est un jeune groupe originaire de Yaracuy (Venezuela) qui, sur des rythmes traditionnels comme le joropo, de la musique des Caraïbes et du hip hop, transmet des messages de paix, d'unité, et veut réveiller les consciences.    

mercredi 14 janvier 2015

GALICIA: Entroido en LAZA

L'Entroido de Laza (Ourense) est le plus vieux carnaval d'Europe. Son origine celte semble évidente car selon l'anthropologue Manuel Mandianes, le personnage emblématique , le "peliqueiro" représente la relation avec les habitants de l'autre monde qui vivent dans les lieux sauvages: les bois, les rivières, les sources, les mines abandonnées, les espaces non cultivés.

Ces êtres de l'autre monde envahissent l'espace urbain pendant le carnaval. Ils sont la personnification des ancêtres qui retournent au village et sont donc intouchables. Ceux qui se mettent sur leur chemin, les salissent ou les appellent par leur nom sont fouettés. Le nom "peliqueiro" vient de la "pelica", la peau d'animal qui recouvre l'arrière de leur mitre. L'animal peint sur le devant est sensé représenté son propriétaire.
Parmi les autres activités de ce carnaval médiéval, on peut citer la bataille de fourmis préalablement arrosées de vinaigre pour être plus agressives, la bataille de chiffons trempés dans la boue (dans le meilleur des cas) et La Morena, tête de vache qui soulève les jupes des filles pendant le bal.
Dans ce carnaval assez primitif et bien arrosé (pas seulement par la pluie), il n'y a  pourtant pratiquement jamais de bagarres.


GALICIA: El entroido de Laza: os Peliqueiros

mardi 13 janvier 2015

CUBA: La Conga de Los Hoyos

Le terme "conga" désigne un tambour d'origine africaine (bantoue) mais aussi certains ensembles instrumentaux qui défilent pour le carnaval  et autres fêtes populaires (les congas animent par
exemple les matchs de base-ball). C'est aussi un rythme né au XIX° siècle dans le quartier populaire Los Hoyos de Santiago de Cuba, où se concentre une grande partie des noirs et des métis, beaucoup étant des descendants d'esclaves franco-haitiens.
Les instruments typiques des congas sont les différents tambours, les "campanas" (cloches métalliques qui sont en réalité de vieux tambours de frein de voitures), et la "corneta china", instrument à vent au son aigu introduit à Cuba par les immigrants chinois à l'époque coloniale.
La conga a le pouvoir d'entraîner derrière elle toute la population d'un quartier qui danse "arrollando", c'est à dire quelle marche en faisant glisser ses pieds sur le sol sans pratiquement les lever, et en se contorsionant. 

lundi 12 janvier 2015

ANDALOUSIE: FlamencoTV -Estrella Morente en el Teatro Maestranza de Sevilla

La chanteuse de flamenco Estrella Morente Carbonell est née en 1980 à Grenade. C'est la fille dugrand chanteur Enrique Morente, malheureusement décédé, et de la "bailaora" (danseuse) Aurora Carbonell.  C'est aussi la nièce de Antonio Carbonell, chanteur, et de José Carbonell, guitariste. Et la petite fille du guitariste Montoyita. Elle a donc grandi dans cette ambiance "flamenca" qui lui a permis de devenir une grande artiste et une voix privilégiée du chant andalou.
" Les artistes dessinent la vie. Avec la nature, ce sont les créateurs de la plastique du monde. L'artiste est aussi le médecin de l'âme."  (Estrella Morente - Revista ELLE)


samedi 10 janvier 2015

ANDALOUSIE: Javier Paxariño



Ce flûtiste originaire de Grenade, dernier réduit de la culture musulmane en Espagne, a fait ses premières études musicales au Conservatoire de Malaga et a commencé à jouer dans des groupes de jazz et de rock dans les années 70. Avant de s'orienter ver un jazz aux accents maures en adoptant des flûtes ethniques.

vendredi 9 janvier 2015

CHILE: Campeones Nacionales de Cueca Juvenil 2013

La cueca est la danse traditionnelle chilienne des huasos (paysans). Elle est déclarée danse nationale du Chili depuis 1979. C'est une danse métissée du fait de sa ressemblance avec les danses espagnoles, péruviennes (zamacueca) et mapuches. La cueca représente la conquête amoureuse d'une femme (la china) par son cavalier (el huaso).


jeudi 8 janvier 2015

CATALOGNE: Els Castellers

Les "castellers" sont membres des"collas castelleras", associations d'intérêt public à but non lucratif, qui ont pour principal objectif de construire des "castells", des châteaux ou tours humaines pouvant atteindre 9 voire 10 étages. Les "castellers se réunissent autour de la même passion, sans distinction d'âge, de sexe, d'origine sociale, culturelle, politique ou religieuse. Ils sont animés par les mêmes valeurs: solidarité et travail en équipe, esprit de dépassement et volonté de promouvoir la culture populaire catalane.
Cette tradition serait née dans le pays valencien au XVII° siècle avant de s'étendre au Sud de la Catalogne au XIX°. C'est donc dans la province de Tarragone que l'on trouve le plus de "collas". Mais de nos jours, il en existe aussi à Barcelone et Lérida.


mercredi 7 janvier 2015

CANTABRIE: Silió La Vijanera Premier Carnaval Ancestral de l'année

Ce carnaval très traditionnel se déroule le premier dimanche du mois de janvier dans le village de Silió. Ici pas question de se déguiser en Batman ou en Barbie. C'est une Fête d'Intérêt National où seuls sont admis les près de 75 personnages traditionnels. Les plus importants sont les "zarramacos", guerriers du bien qui se peignent le visage en noir et font sonner leurs grosses cloches pour éloigner les mauvais esprits. Une survivance de cultes archaïques antérieurs à la Conquête Romaine. L'ours incarne  pour sa part le mal, car on l'accuse de s'attaquer aux troupeaux. Il est chassé, puis domestiqué avant d'être sacrifié. Heureusement, les vrais ours des Picos de Europa sont eux bien protégés.



mardi 6 janvier 2015

MÉXICO: El Pana, le dernier torero romantique



El Pana, le dernier torero romantique

Le mexicain Rodolfo Rodríguez “El Pana” est l'un des derniers toreros de légende encore en activité. Sa folie, ses inventions, son goût du risque, de la provocation et de la polémique, son humour et son art bien sûr, lui vaudront une place privilégiée dans l'histoire de la tauromachie mexicaine.
     
Avant d'être torero, il fut boulanger (son surnom El Pana est l'abréviation de "panadero"), fossoyeur, vendeur de gélatines, paysan. Il a connu la misère et la faim, de nombreux échecs face aux taureaux mais quelques heures de gloire aussi.
L'argent gagné, il l'a vite dépensé en se donnant l'illusion d'être riche.

Pour pouvoir toréer dans les arènes de Mexico, les plus grandes du mondes, il se jeta dans le "ruedo" avant d'en être expulsé manu militari. Puis il fit une grève de la faim devant les arènes pour qu'on lui donne sa chance.

J'ai eu le privilège d'assister à l'une de ses présentation dans la Plaza México au début des années 80.
Après avoir reçu son premier taureau à la cape, il se prépara à poser les banderilles. Le "mozo de espadas" lui apporta une première paire qu'il cassa sur sa cuisse pour qu'elles soient plus courtes, donc plus difficiles à poser. Puis d'un pas exagérément  martial, il se plaça près des talenquères et "cita"(appela) le taureau de loin. Quand celui-ci arriva sur lui comme un bolide, il pivota brusquement d'un quart de tour et planta les banderilles "al violín", c'est-à-dire de dos au taureau, en se courbant en arrière. Cu fut un triomphe, les sombreros volaient sur les gradins et El Pana fit deux tours de piste en sautant comme un cabri. Avant la deuxième paire, il demanda un peu d'eau pour se désaltérer et se rincer les mains. On lui apporta le "botijo" ( la cruche) qu'il rejeta, puis un des peones arriva avec un grand calice doré dans lequel il accepta alors de boire.
Il n'eu pas autant de chance pour la seconde paire. Le taureau le prit de plein fouet et le projeta dix mètres plus loin. Il fut transporté à l'infirmerie et ne ressortit pas avant le paseo final.
Le lendemain, les journaux ne parlaient que de lui!





lundi 5 janvier 2015

ANDALOUSIE: Verdiales de los Montes de Málaga

Une tradition de musique, chant et danse qui remonte aux racines de la culture méditerranéenne. Une mosaïque de Pompéi  datant du Ier siècle av. J.C. montre un grand tambourin et des crotales (petites cymbales) identiques à celles utilisées par les "pandas de verdiales". La "fiesta de verdiales" fait partie des rituels  célébrant le solstice d'hiver et de façon plus générale des fêtes marquant le calendrier agricole, les chapeaux à fleurs, rubans et miroirs étant des symboles de fertilité et de bonne récolte.
Musicalement, les "verdiales" sont une forme primitive de fandango arabo-andalou. De nos jours, le violon remplace le rébec  et la bandurria (mandoline) le luth arabe. Chaque "panda" est formée d'un "alcalde" qui avec sa baguette transmet son fluide aux musiciens et désigne les chanteurs, d'un danseur de drapeau, d'un violoniste, de plusieurs guitaristes, d'un tambourineur, de joueurs de crotales et de castagnettes,  et d'un mandoliniste (seulement dans le style "Comares").

Le nom "verdiales" provient  d'une variété d'olives cultivée dans les Montes de Málaga.

ANDALOUSIE: le violon, instrument majeur des verdiales

Dans la province de Málaga, les verdiales sont les chants traditionnels par excellence et pour jouer du violon dans une panda de verdiales, il faut une grande dextérité et un sens du rythme inné.

dimanche 4 janvier 2015

URUGUAY: Jorge Drexler - Todo se transforma (video clip)

Jorge DREXLER est un chanteur et musicien uruguayen, auteur-compositeur-interprète ,qui vit actuellement en Espagne mais continue à enregistrer ses disques à Montevideo.
En 2005, il a obtenu un oscar pour sa chanson "Al otro lado del río" musique du film "Carnets de Voyage".

vendredi 2 janvier 2015

ARAGON: Jota de los Cántaros - Nobleza Baturra


LA JOTA est une danse populaire née au début du XVIII° siècle dans un endroit inconnu de la péninsule ibérique .Certains affirment qu'elle a des origines arabes, comme la lettre du même nom (J), et qu'elle aurait été apportée par un poète médiéval appelé Aben Jot. D'autres pensent que c'est une dérivation du fandango et trouvent que par sa structure et son rythme elle ressemble aux airs du Carnaval de Venise.
Son déclin comme danse populaire a commencé au XIX° siècle , sauf en Aragon où elle a connu un grand essor grâce au travail des groupes folkloriques, mais aussi comme danse de salon ou danse académique. Etant jouée, chantée et dansée, elle est devenu un véritable spectacle qui a donné lieu à de nombreuses compositions musicales, a attiré des artistes professionnels et séduit un nombreux public dans les théâtres ou sur les places des villes et villages los des fêtes patronales.